Notez que pour raison de confidentialité un mot de passe est requis pour voir les données des personnes âgées de moins de cent ans ainsi que pour certaines autres pages ou sections de pages. Vous pouvez demander le mot de passe ami ***ici*** - Rendez vous à la page d'accueil Généalogie avec ce mot de passe pour l'y inscrire et pouvoir parcourir et lire tous les textes ou photos.
(lænkede sider)

L'héritage irlandais dans la culture francophone de La Beauce - principalement Saint-Odilon-de-Cranbourne

Agrandir l'image.
Saint-Odilon de Cranbourne en Beauce

Agrandir l'image.
Saint-Odilon de Cranbourne en Beauce

Avant le début du dix-huitième siècle, La Beauce était inhabitée. La rivière Chaudière était utilisée comme voie navigable entre le Saint-Laurent et la côte atlantique par les explorateurs, les soldats et les Abénakis qui occupaient le Maine, le New Hampshire et le Nouveau-Brunswick. En raison de la menace britannique et de l’augmentation de la population dans la vallée du Saint-Laurent, de nouvelles seigneuries ont été ouvertes à La Beauce en 1736-1737 avec l'établissement de Saint-Étienne, Sainte-Marie, Saint-Joseph, Saint-François, Aubin de l Isle et Aubert-Gallion. Au début du XIXe siècle, on voit apparaître les paroisses et municipalités de Broughton (1800), de Leeds (1802), Tring (1804), Frampton (1806), Shenley (1810), Forsyth (1849), Dorset (1799), Risborough (1896), Marlow (1850), Jersey (1829), Cranbourne (1834), Linière (1852), Watford (1864), Gayhusrt (1868).

En 1870, Beauce-Dorchester compte 35 % d’Anglo-saxons. Dans la région de la Beauce, on retrouve ces Irlandais dans les cantons de Frampton et de Cranbourne entre autres. Ils se retrouvent souvent près des Anglais et des Écossais. Les Irlandais qui s'établissent dans la vallée de la Chaudière épousent souvent des francophones et parmi ceux-ci des Veilleux, Mathieu, Nadeau, Lacombe, Poulin, Poirier, Roy, etc.; l’ouverture de nouveaux cantons de Shenley et de Metmergette après 1870 vont en attirer plusieurs autres.

Agrandir l'image.
Pierre tombale d'Edward Colgan au cimetière de St-Odilon de Cranbourne

Selon le recensement de 2011, Frampton avait une population de 1 393 habitants, Sainte-Malachie 1 489 et Saint-Odilon-de-Cranbourne 1 459. Géographiquement, Sainte-Malachie ne fait pas partie de l’est de la Beauce. Il est inclus car il faisait partie de Frampton Town-ship et constitue une importante enclave irlandaise. La généalogie Genepoulin aborde l'occupation d'une famille irlandaise à Saint-Odilon de Cranbourne par le biais de l'ancêtre Edward Colgan - voir cette généalogie.

Bien que le canton de Cranbourne ait été officiellement ouvert à la colonisation en 1834, des registres paroissiaux suggèrent qu'au moins quinze familles irlandaises s'y soient installées dès 1831. Le 15 avril 1832, le registre paroissial de Saint-Edouard-de-Frampton enregistre le baptême de Bridget Colgan, fille de John Colgan et Mary Hussey, qui résidaient à Cranbourne. Les Colgans ont été parmi les premières familles à acquérir des friches dans le canton. Les trois frères - Edward, John et Laurence - sont arrivés de Carlow avec leurs frères, leur soeur et leur mère, Bridget Colgan (née Colligan), vers 1831. Les descendants de Colgan vivent toujours à Saint- Odilon-de-Cranbourne et à Saint-Joseph-de-Beauce; notamment, Louis Colgan, arrière-petit-fils d'Edward Colgan et arrière-arrière-petit-fils de John Colgan, et sa cousine, Céline Colgan, arrière-arrière-petite-fille de John Colgan (17ans). Les lettres de brevets délivrés après l'ouverture du township montrent queles premiers pionniers étaient principalement irlandais: Thomas Quilty, JamesSheridan, William Cuddy, James Connor, James MacCorckey, etc.

Agrandir l'image.Carte de lotissement des premiers occupants à St-Odilon de Cranbourne. Voir l'album Photo Genepoulin Les routes de la Beauce pour plus de détail sur les premiers townships de Cranbourne et autres photos du lieu

Croissance et déclin. Jusqu'aux années 1860, le canton de Cranboume comptait un nombre égal de catholiques et d'anglicans. Le recensement de 1844 indique que la population était composée à 53% de catholiques et à 44% d'anglicans. Selon le rapport de mission du père Odilon Paradis de 1858, ils étaient tous d'origine irlandaise. La première église construite en 1850 était anglicane (St. James); la chapelle catholique a été érigée sept ans plus tard.

Les données démographiques montrent que les communautés anglicanes de Frampton et de Cranbourne ont progressivement décliné à partir de 1870. À Saint-Edouard-de-Frampton, il y avait trente-neuf familles anglicanes en 1865, contre vingt-quatre en 1893 et douze en 1927. L'étude d'un registre cadastral de 1884 confirme ce tableau, les Anglicans n'en possédant que 10%. des terrains concédés, tandis que les catholiques irlandais et les Canadiens français en détenaient respectivement 41% et 48%. Les deux dernières familles anglicanes sont parties en 1952 après la fermeture de l’école confessionnelle et de l’église

Dans son rapport de mission de 1876, le père Patrick Kelley a souligné le déclin rapide de la communauté anglicane de Saint-Odilon-de-Cranbourne, qui représentait alors moins du tiers de la taille de son équivalent catholique. Les dernières familles anglicanes ont quitté le village en 1927, lors de la démolition de l'église St. James. L'exode des anglicans était le résultat de facteurs géographiques, socio-économiques et religieux. En plus de conditions de vie difficiles, les communautés anglicanes souffraient d'un faible taux de natalité: le célibat permanent n'était pas rare chez les hommes et la taille de la famille était en moyenne inférieure à celle des catholiques, fortement encouragés à procréer par leur église.

Agrandir l'image.
Bien que non en Beauce mais tout près, dans le township d'IIrlande en 1865, déboisement et occupation par une famille irlandaise d'un lopin de terre nouvellement acquis

Les Beaucerons ont bien compris que leur survie et leur bien-être dépendaient de la communication, du partage et de l'aide mutuelle. À l'exception de la violence déclenchée par l'affaire Corrigan à St-Sylvestre (Lobtiniere) en 1855, les relations entre les deux confessions furent pacifiques dans les campagnes du Québec rural au milieu du XIXe siècle. La transformation religieuse au cours du second semestre du XIXe siècle s'est accompagnée d'un changement linguistique et socioculturel tout aussi important. D'origine exclusivement anglophone, les townships de Frampton et CranBourne sont progressivement devenus bilingues entre 1850 et 1900 et sont presque entièrement francophones au milieu du XXe siècle. Ce changement linguistique résultait de la forte migration des Canadiens français et de leurs alliances avec des catholiques irlandais.

Agrandir l'image.
Le canton de Frampton est l’un de ceux qui ont accueilli le plus de familles irlandaises et, jusqu’en 1871, elles formeront la majorité de sa population. La photo montre un rassemblement de familles irlandaises pour un pique-nique près des chutes de la rivière Stafford en 1901. Source : La Beauce et les Beaucerons, portrait d’une région 1737-1987

Les vestiges des croyances populaires irlandaises sont encore visibles en Beauce. Louis Colgan se souvient que sa tante d'origine irlandaise croyait aux fées et en rencontrait une tous les soirs au bord de la rivière, ce qui lui a valu le surnom de "fée. De plus, les bois de la route de Cranbourne seraient hantés par des fantômes espiègles, tandis que les eaux sombres du lac Miso seraient habitées par un monstre de type Loch Ness. Des légendes de fantômes et de créatures surnaturelles malveillantes parcourant la terre à la veille du 'All Souls' sont également connues dans différentes régions du Québec rural. En Beauce, on croyait que les loups-garous chassaient les sacrilèges (c’est-à-dire les personnes qui avaient péché) jusqu’à ce que leur cheval meure d'épuisement, ce qui rendait généralement les conducteurs dawestricken' fous, alors que 'Samhain' (la veille de Halloween) marquait le point de départ de la nouvelle année du calendrier des Celtes irlandais. Il s’agissait de la seule nuit intemporelle et mystique de l’année où le monde super-naturel s’ouvrait à la nature. Des récits mythologiques et traditionnels irlandais racontent que de terribles êtres d'outre-monde provoquaient des vols, la folie ou la mort d'êtres humains cette nuit même. S'il est difficile de déterminer avec certitude si les croyances québécoises ont été directement transférées d'Irlande, probablement influencés et renforcés par les traditions irlandaises.

Les racines irlandaises de Frampton, Saint-Malachie et Saint-Odilon-de-Cranbourne sont rappelées explicitement dans les logos et l'héraldique des trois municipalités. Saint-Malachie a choisi le trèfle comme logo: il est bien visible sur les panneaux de signalisation du village. Divers éléments de ses armoiries - deux croziers représentant son saint patron, la couleur verte et les trèfles - symbolisent les racines irlandaises de la paroisse (66). De même, le blason de Frampton comprend les symboles nationaux des quatre groupes ethniques qui ont façonné le village: la fleur de lys, le shamrock, la rose et le chardon. L'héraldique de Saint-Odilon-de-Cranbourne rend hommage à l'alliance entre les Irlandais et les Canadiens français dans la communauté. À côté de la fleur de lis centrale, un trèfle chevauche une feuille d'érable. Pour commémorer son patrimoine irlandais et canadien français à l'occasion de son 125e anniversaire (11-13 juillet 2008), la municipalité a commandé une peinture murale au centre du village. La fleur de lys et le drapeau tricolore irlandais représentent les deux communautés ethniques, tandis que l'église au centre rappelle leur religion commune.

NOTES ET RÉFÉRENCES:

  • Témoignages: Frances Byrns (née O'Connor), Saint-Edouard-de-Frampton. Âgé de quatre-vingt-douze ans, né le 26 novembre 1920 à Saint Odilon-de-CranBourne. Louis Colgan, Saint-Odilon-de-Cranbourne. Âgé de soixante-dix ans, né le 17 juillet 1942 à Saint-Odilon-de-Cranbourne. Céline Colgan, Saint-Joseph-de-Beauce. Âge: soixante-cinq ans, né le 8 septembre 1947 à Saint-Joseph-de-Beauce. Louis O'Farrell, Saint-Malachy. Âgé de soixante-huit ans, né le 16 mai 1944 à Saint-Malachie. *EXTRAITS du livre Irish Migrants in New Communities: Seeking the Fair Land? publié par Mícheál Ó hAodha et Máirtín Ó Catháin. Lexington Books, 2014, 160p. - extraits concernant plus particulièrement Saint-Odilon-de-Cranbourne.
  • Irish Migrants in New Communities: Seeking the Fair Land? Publié par Mícheál Ó hAodha, Máirtín Ó Catháin, Lexington Books. 160p. 1992 [Section 4: Je ne suis jamais allé en Irlande, An Irish Journey to La Beauce, Quebec, Noémie Beck].
  • France Belanger, Sylvia Berberi, Jean-René Breton, Daniel Carrier et René Lessard, éd., La Beauce et les Beaucerons, Portraits d'une région 1737-1987 (Saint-Joseph-de-Beauce, Québec: La Société du patrimoine des Beaucerons, 1990), 1-7. Daniel Carrier, "L'aventure Beauceronne, Territoire, peuplement et économies", Cap-Aux-Diamants 3, n ° 3 (Automne 1987): 17. Jean-François Caron, Saint-Malachie, d'hier à aujourd'hui 1857- 2007 (Saint-Malachie, Québec: Comité du livre, 150e de Saint-Malachie, 2007), 183-194. Joseph Bouchette, Dictionnaire topographique de la province du Bas-Canada (Londres: Longman, Rees, Orme, Brun, Vert, et Longman, 1832), Frampton.
  • Anna M. Fuller, Notre généalogie, Le livret de généalogie de Colgan (Manuscript non publié, 1988), II-III, 80-81. Entretiens avec Louis Colgan, le 19 avril 2012, Saint-Odilon-de-Cranbourne, et Céline Colgan, le 20 avril 2012, Saint-Joseph-de-Beauce.
  • Alexina Cloutier-Turcotte, Germaine Fecteau-Cloutier et Edith Lessard Cent ans d'histoire et plus. Saint-Odilon de Cranbourne, Saint-Odilon-de-Cranboume, Québec, imprimerie l'Eclaireur, Beauceville, 1983, 39-53
  • La Société Historique de la Chaudière, publication no 1. PROVOST (abbé Honorius), Les Abénaquis sur la Chaudière. St-Joseph de Beauce 1948, 28 p.
  • Les Abénaquis : habitat et migrations, 17e et 18e siècles par P.-André Sévigny.
  • Généalogie et histoire familiale irlandais. Bibliothèque et Archives Canada.
  • Personne ressources (études et bibliographies): Noémie Beck, Maître de Conférences en Civilisation britannique et irlandaise, LLSETI, Université de Savoie. Sa page et publications.

switch to templm
Genepoulin.net 2018 Logo GeneWeb v. 7.00-exp© INRIA 1998-2017