Notez que pour raison de confidentialité un mot de passe est requis pour voir les données des personnes âgées de moins de cent ans ainsi que pour certaines autres pages ou sections de pages. Vous pouvez demander le mot de passe ami ***ici*** - Rendez vous à la page d'accueil Généalogie avec ce mot de passe pour l'y inscrire et pouvoir parcourir et lire tous les textes ou photos.
(lænkede sider)

La parenté est arrivée...

A propos de la parenté ou du cousinage

Henry Fournier 1928 Cousin-Cousine Lover
J'ai déjà mentionné [ici] comment la parenté et la consanguinité (et implexes) sont calculés en généalogie et appliqués à Genepoulin. Le calcul montre que les allèles (une version variable d'un même gène) identiques communes disparaissent à peu près complètement après 10 générations d'une lignée familiale (parenté = 0,00%). Si les lignées se sont croisées à plus d'une reprise la parenté s'amenuise plus lentement.

Exemple: il existe une parenté calculée de 0,05% entre Nicolas Rivard (né en France en 1617) et Nicole Hogue séparés par 10 générations sur une lignée non croisée - Donc en principe Nicole partage donc encore des allèles avec Nicolas né 338 ans plus tôt. La parenté plus élevée entre Richard Poulin et Martin Poulin (1648) qui est de 0,15% s'explique par la lignée croisée à deux reprises à la 9ième et 10ième génération.

S'il y a consanguinité les implexes en cause sont affichés, c'est le cas par exemple pour Henri Poulin avec une consanguinité de 0,78% qui s'explique par la présence de 2 implexes, ou de celle de Isabelle Cliche avec 4,1% impliquant 6 implexes.

LA FAMILLE - les cousins... Un cousin est l'enfant de l'oncle ou de la tante d'une personne, quelle que soit la génération. Tous les descendants d'une fratrie sont cousins entre eux. Dans le langage courant, le terme « cousin » désigne souvent un cousin germain, c'est-à-dire le descendant immédiat d'une fratrie. Dans un sens plus général, on appelle parfois « cousin » tout individu avec lequel on possède au moins un ancêtre commun.

Les cousins sont qualifiés de « germains » quand ils sont proches ; pour des cousinages plus lointain on parle de « degré ».

  • En français, les cousins issus de mêmes grands parents sont qualifiés de « cousins germains », ou encore, « cousins au premier degré ».
  • Leurs enfants respectifs seront des « cousins issus de germains », ou encore, « cousins au second degré ».
  • Les générations suivantes seront qualifiées de cousins au « troisième », « quatrième », etc. degré ; mais ne seront plus qualifiés de germains.

Ainsi, il s'avère que Nicole (Hogue) et moi (Richard Poulin) sommes cousins au 8° degré par les liens unissant chacun de leur côté maternel à Julien Rivard. L'adage populaire qui dit que 'nous sommes tous un peu cousins est une formule consacrée populaire mais la réalité est différente, du moins dans le sens de la 'parenté' calculée comme c'est le cas dans Genepoulin.

Degrés de cousinage

Agrandir l'image
Illustration des degrés de parenté

On distingue plusieurs types de cousins dont :

  • Cousin: fils d'oncle ou de la tante. Partager deux grands-parents en commun (maternel ou paternel).
  • Cousine: fille d'oncle ou de la tante. Partager deux grands-parents en commun (maternel ou paternel).
  • Grand-cousin: fils du grand-oncle ou de la grand-tante.
  • Grand-cousine: fille du grand-oncle ou de la grand-tante.
  • Petit-cousin: petit-fils d'oncle ou de la tante.
  • Petite-cousine: petite-fille d'oncle ou de la tante.
  • Cousin deuxième: petit-fils du grand-oncle ou de la grand-tante. Partager deux arrière-grands-parents en commun.
  • Cousine deuxième: petite-fille du grand-oncle ou de la grand-tante. Partager deux arrière-grands-parents en commun.
  • Arrière-grand-cousin: fils du arrière-grand-oncle ou de la arrière-grand-tante.
  • Arrière-grand-cousine: fille du arrière-grand-oncle ou de la arrière-grand-tante.
  • Arrière-petit-cousin: arrière-petit-fils d'oncle ou de la tante.
  • Arrière-petite-cousine: arrière-petite-fille d'oncle ou de la tante.
  • Grand-cousin deuxième: petit-fils du arrière-grand-oncle ou de la arrière-grand-tante.
  • Grand-cousine deuxième: petite-fille du arrière-grand-oncle ou de la arrière-grand-tante.
  • Petit-cousin deuxième: arrière-petit-fils du grand-oncle ou de la grand-tante.
  • Petite-cousine deuxième: arrière-petite-fille du grand-oncle ou de la grand-tante.
  • Cousin troisième: arrière-petit-fils du arrière-grand-oncle ou de la arrière-grand-tante. Partager deux arrière-arrière-grands-parents en commun.
  • Cousine troisième: arrière-petite-fille du arrière-grand-oncle ou de la arrière-grand-tante. Partager deux arrière-arrière-grands-parents en commun.
  • Demi-cousin: fils du demi-oncle ou de la demi-tante. Partager un grand-parent en commun.
  • Demi-cousine: fille du demi-oncle ou de la demi-tante. Partager un grand-parent en commun.
    ...

Tableaux de famille

Agrandir l'image.
La parenté

Dans Genepoulin il est possible d'identifier nommément la parenté sur un tableau chronologique couvrant 4 générations (amont et aval) comme il est montré sur ce tableau de famille Richard Poulin - ce qui peut être fait pour n'importe quel nom apparaissant dans la généalogie (exemples: Simon Poulin ou Nicole Hogue).

Un mot à propos des dispenses de consanguinité lors du mariage. Au moyen-âge les interdits de mariage pour cause de parentés sont à la fois confuses et sévères avec une aristocratie (y compris les lignées royales) qui se plait à les ignorer. Pour s’y retrouver, des prêtres dressent des arbres généalogiques sur plusieurs générations pour découvrir les situations où le mariage est interdit, voire possible avec une dispense; il semble cependant que passé le quatrième degré, on fermait les yeux. Le concile de Trente (1545-1563) rend compte de la facilité d’obtenir une dispense pour le troisième degré, si la «demande était suffisamment fondée». À partir du XVIIe siècle, l’Église accorde de plus en plus fréquemment des dispenses. Il va s’en dire que cette manière de faire procure à l’institution du pouvoir et des revenus, ainsi que la reconnaissance d’une autorité en la matière (Goody, 1985). Pour le Québec (Nouvelle-France) la dispenses des bans est discuté sur cette page : Publication des bans au Québec

Note légale pour le Québec concernant les liens de parenté et le mariage: Au Québec le mariage est interdit entre parents proches pour des raisons d'ordre moral et physiologique. Par conséquent, nous n'avons pas le droit d’épouser une personne avec qui nous avons les liens de parenté suivants: frère ou sœur; demi-frère ou demi-sœur; parent ou enfant, Et ce, peu importe si ces liens sont biologiques ou adoptifs. Toutefois, il nous est possible de nous marier avec certaines personnes de notre famille proche. Ainsi, nous pouvons épouser un cousin, une personne qui est notre parent par alliance, par exemple l’ex-conjoint de notre oncle ou de notre tante, notre ex-beau-frère ou notre ex-belle-mère — c'est qu'en 1990, le Gouvernement fédéral canadien a décidé d’occuper son champ de compétence relatif aux conditions de validité du mariage. Il a rendu obsolètes les dispositions pertinentes du Code civil québécois, qui, elles, étaient basées sur le droit canon de l`Église catholique et qui ne permettaient pas les mariages entre cousins (sauf avec une dispensation émanant d’un évêque). Ainsi, maintenant selon le droit britannique , le mariage entre cousins est permis au Québec et partout au Canada. Justice Québec a fait sienne en 1991 de ces conditions de mariage sur son [LIEN] sans mentionner la provenance. On trouvera à ce [LIEN] la loi canadienne sur la mariage qui s'applique donc au Québec.

Lectures complémentaires

..

switch to templm
Genepoulin.net 2018 Logo GeneWeb v. 7.00-exp© INRIA 1998-2017